Le Café NuR, Mariannenstr.

Au rez-de-chaussée d’un immeuble vétuste daté de la fin du XIXème siècle, seule la lumière faisant apparaître des fenêtres encombrées de livres trahit l’existence du Café NuR.

Aucune enseigne, ni indication ; il faut sonner à l’interphone pour entrer. Un long couloir encombré de vélos rouillés donne alors accès à un jardin partagé dans l’arrière cour. L’entrée du Café NuR se fait par un vaste jardin d’hiver qui surplombe le tout. Par terre sont entreposés des caisses de fruits et légumes issues de l’agriculture locale et urbaine et des vêtements à donner. Les étagères sont pleines à craquer de livres – « Tous les livres à un euro », indique un écriteau. Un piano, de vieilles lampes et des tapis poussiéreux donnent à l’endroit le charme d’un autre temps. Dans la dernière pièce, se trouve un comptoir, où l’on mange sous l’œil inquisiteur de portraits représentant Karl Marx, Lénine et Rosa Luxembourg. Repas chaud et desserts véganes au menu. La carte des boissons est affichée sur un vieux poêle à charbon en faïence beige. Ici, on ne paie mais on donne ce qu’on veut : c’est la Volksküche, la cuisine du peuple. Parfois, le lieu se transforme en salle de concert intimiste, ou bien accueille une lecture ou autres événements culturels.

Une pièce où manger au Café NuR. Photographie : Facebook, Nu R Leipzig, le 24 février 2016
Une lecture au Café NuR. Les portrait de Lénin et Marx à droite. Photographie : Facebook, Konglomerat, le 11 décembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.